Des sources curatives et Maitreya à Nairobi

Depuis son apparition à Nairobi, Maitreya est apparu à nouveau devant des groupes assez importants, le plus souvent de fondamentalistes religieux. Auparavant, il énergétise habituellement une source dans les environs. Jusqu'à présent, des« sources de vie » ont été découvertes au Mexique, en Allemagne, en Chine et en Inde.

  • Source de vie à Mexico.

  • Source de vie en Allemagne.

  • Source de vie près de New Delhi.

  • Source de vie en Chine.

  • De l'eau qui guérit en Australie.


1. Source de vie à Mexico.

Dans l'espérance de bénéficier d'un miracle, des personnes font la queue, souvent sur plus d'un kilomètre, sur une route poussiéreuse dans la petite ville de Tlacote, au Mexique. Elles sont parfois plus de 10 000 au cours de la même journée à se rendre à la source de Jesus Chahin, afin de pouvoir emporter un bidon ou deux de la fameuse eau miraculeuse qui est supposée avoir guéri toutes sortes de maladies, allant de l'obésité et de l'excès de cholestérol jusqu'au cancer et au sida.

Jesus Chahin distribue cette eau depuis qu'il en a découvert par hasard les propriétés, en observant son effet curatif sur un chien de ferme qui en avait bu.

Wayne Peterson, de Washington, a raconté que l'on avait diagnostiqué chez son père un cancer de l'intestin très avancé. Il but de l'eau de Tlacote pendant quelques jours. Un examen, pratiqué quelques jours plus tard par une nouvelle équipe de médecins, montra qu'il n'y avait plus aucune trace de cancer et que toutes les fonctions paraissaient normales.

2. Source de vie en Allemagne.

Après la source miraculeuse du Mexique, une nouvelle source fut découverte, en Allemagne, à 100 km à l'est de Dusseldorf. Cette source d'eau très pure fut découverte dans une grotte, dans une mine d'ardoise désaffectée, à Nordenau, dans le district de Schmalenberg, une station de ski très fréquentée.

Guido Brandenburg a interviewé quelques-uns des visiteurs pour le journal allemand Bild. Une femme âgée lui a dit avoir recouvré la vue après avoir mis de l'eau sur son oeil aveugle ; un ancien mineur a affirmé que son dos avait été guéri et qu'il s'était débarrassé de ses béquilles.

Une autre femme a déclaré : « J'avais des problèmes d'hypertension et je craignais toujours de me trouver mal. Lorsque je me suis rendue à la grotte, j'avais 16/10 de tension. Lorsque j'en suis sortie, je n'avais plus que 13/10. Ma tension est désormais constante, ce que mon médecin ne peut expliquer. »

Guido Brandenburg, le reporter du Bild, a raconté ce qui lui était arrivé lorqu'il avait lui-même bu de cette eau, alors qu'il se tenait dans la zone d'énergie. « Au bout de cinq minutes, le bout de mes doigts s'est mis à vibrer, j'avais l'impression d'être traversé par un courant électrique. »

3. Source de vie près de New Delhi.

Dans le village de Nadana, à environ 150 km au nord de Delhi, en Inde, de l'eau a commencé à jaillir du tuyau d'un réservoir asséché. Quelques villageois des environs qui se sont baignés dans le bassin ont raconté que leurs maladies de peau avaient été guéries grâce aux propriétés médicinales « magiques » de cette eau. La nouvelle se répandit rapidement, et désormais les visiteurs affluent chaque jour dans le village afin de profiter des bienfaits de la source. Un enfant de cinq ans, victime de la poliomyélite, a vu son état nettement amélioré après qu'il se soit baigné dans l'eau. On a signalé d'autres guérisons de maladies de la peau. La plupart des personnes qui se baignent dans cette source affirment que leur état physique s'est amélioré d'une manière ou d'une autre. Le propriétaire du puits, M. Mamraj, l'un des responsables du village, s'est vu offrir une importante somme d'argent de la part de personnes qui souhaitaient l'acquérir. Il a rejeté la proposition, disant qu'il ne voulait tirer aucun bénéfice matériel de cette source, qu'il souhaitait la garder afin que chacun puisse y accéder librement.

4. Source de vie en Chine.

On a pu lire, dans le numéro du 28 juillet 1994 du Süddeutsche Zeitung, que Zhou Lianghua et son épouse Li Guirong, un couple de chinois âgés de plus de quatre-vingt ans, avaient découvert une « fontaine de jouvence ». Selon leurs dires, ils auraient rajeuni de dix ans depuis qu'ils boivent l'eau de la fontaine qui se trouve dans leur jardin. Ils ont affirmé qu'ils se sentaient désormais en pleine forme et n'étaient plus à bout de souffle lorsqu'ils grimpaient une colline. Depuis qu'ils boivent cette eau, des miracles se sont produits. Le mari, Zhou, a expliqué qu'il souffrait auparavant d'une importante calvitie et qu'il a maintenant une abondante chevelure noire. (Source : Süddeutsche Zeitung)


5. De l'eau qui guérit en Australie.

Yankalilla est une petite bourgade située au sud d'Adélaïde, en Australie.

C'est là, qu'en août 1994, Susan Fehlburg remarqua pour la première fois ce qui lui sembla être une image de la Vierge à l'Enfant, sur le mur de l'église anglicane Christ Church.

En juillet 1996, le recteur, le révérend Andrew Nutter, d'origine canadienne, rapporta ce phénomène dans un bulletin paroissial. Depuis lors, la nouvelle s'est répandue dans le monde.

Cette vaste couverture médiatique a attiré un sourcier sur le site. Celui-ci a averti le père Andrew de la présence d'un cours d'eau sous l'église. Benjamin Creme, lorsqu'on lui posa la question, affirma que c'était le Maître qui fut la Vierge Marie qui était à l'origine de l'apparition de l'image et également de la source, dont l'eau se révélerait avoir des propriétés curatives. Une question restait en suspens : où effectuer un forage ?

La question fut posée par fax à Benjamin Creme et un forage fut effectué à l'endroit recommandé par son Maître : à deux mètres du mur, dans l'alignement de l'image de la Vierge. Et on a trouvé de l'eau.

 

Maitreya à Nairobi

Le 11 juin 1988, un homme vêtu de blanc est apparu soudain au cours d'un vaste rassemblement de prières à Nairobi, au Kenya. Il fut immédiatement reconnu comme Jésus-Christ par la foule des fidèles qui tombèrent à genoux, submergés par l'émotion. Le rédacteur en chef de l'édition swahili du Kenya Times, le journaliste Job Mutungi, fut témoin de l'événement et prit quelques photographies. Il écrivit un article dont nous donnons ici le résumé.Environ 6 000 fidèles habitant le village musulman de Kawangware, à Nairobi, sont persuadés d'avoir vu Jésus-Christ, en plein jour la semaine dernière. La scène s'est passée à l'Eglise de Bethléem, où Mary Sinaida Akatsa dirige des réunions de prières, à l'intention des malades, des aveugles, des infirmes, des personnes atteintes de troubles mentaux et des femmes stériles.

Les fidèles étaient en train de chanter Mungu ni Mwema, un hymne swahili populaire, lorsque Mary Akatsa intervint. Elle annonça que Dieu lui avait parlé et lui avait dit de « s'attendre à un miracle, car un invité de marque viendrait lui communiquer un message d'une importance vitale ».

Cinq minutes plus tard, elle demanda à ceux qui chantaient de s'arrêter car le messager était arrivé. « Jésus ! Jésus ! Jésus de Nazareth ! » murmura-t-on dans les rangs des fidèles dont les mains s'élevèrent dans un geste de vénération.

La silhouette d'un homme grand, barbu, pieds nus, revêtu d'une robe blanche, apparut soudain, venue de nulle part, au milieu de la foule. Il s'avança lentement vers le bâtiment de la nouvelle église, à l'extérieur de la tente. Mary marcha avec lui, côte à côte. Je fixai l'étranger des yeux sans cligner les paupières. Une lumière étrange, sporadique flottait sur sa tête entourée d'un turban, sur ses pieds et autour de tout son corps.

Dans un parfait swahili, sans le moindre accent, cet homme étrange annonça que le peuple du Kenya était béni, spécialement ceux qui s'étaient rassemblés cet après-midi-là.

« L'avènement du règne du ciel approche. Mais auparavant je reviendrai et je vous apporterai un plein seau de bénédictions à tous », dit-il.

Il fallut près de vingt minutes à la foule pour se remettre après que l'homme eut quitté l'assemblée, dans une voiture appartenant à M. Gurnam Singh qui offrit de le raccompager. Mais il faudra probablement toute sa vie à M. Singh pour se remettre du choc qu'il eut deux minutes plus tard. A l'arrêt du terminus du bus, l'homme lui demanda de s'arrêter. Puis il sortit de la voiture, fit quelques pas au bord de la route et disparut soudain.

Les commentaires de Benjamin Creme : 

1. L'homme de Nairobi était Maitreya. Son apparence était en accord avec l'idée que les fidèles se font de Jésus-Christ, d'où la barbe et la robe comme dans la Bible. 2. Le « plein seau de bénédictions » avec lequel Maitreya promet de revenir est une allusion à lui-même en tant que « porteur d'eau », symbole de l'ère du Verseau. 3. La traduction exacte du mot swahili utilisé par Maitreya est « cruche », et non pas « seau ». « L'étrange lumière sporadique » émanant de la tête et des pieds de Maitreya, décrite par Job Mutungi, est également perçue par ceux qui vivent actuellement dans l'entourage de Maitreya.

        Contact   |   1-888-886-8272   |   Plan du site   |   Autres langues   |   Abonnement à l'info lettre   |   Politique d'utilisation   |   Confidentialité et sécurité

 © 2017 Réseau Tara Canada (Québec), un organisme de bienfaisance enregistré        

S'abonner à YouTube
Radio Partage diffuse des informatons sur l'émergence de Maitreya et des Maîtres de Sagesse