Articles de la revue Partage International

de septembre 2020

Onu : appel en faveur d'un revenu de base pour les plus pauvres

par Julia Conley

 

Le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) demande que soient mises en place « des mesures so­ciales et économiques sans précèdent pour faire face aux circons­tances exceptionnelles actuelles ». Dans ce cadre, il a appelé à la création d'un revenu de base temporaire (RBT) pour les 2,7 milliards de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté dans plus de 130 pays.

     Selon un récent rapport du Pnud, un revenu temporaire garanti pour les personnes les plus pauvres au monde aiderait de manière significative les pays en voie de développement à

     Le Programme des Nations unies pour le développement demande la création d'un revenu de base temporaire (RBT) pour les 2,7 milliards de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté dans plus de 130 pays.

atténuer la progression du coronavirus en permettant aux fa­milles de rester chez elles.

Cette mesure coûterait 199 milliards de dollars par mois, l'équivalent de 12 % de la totalité de l'aide financière prévue en 2020 pour la Covid-19 et l'équivalent du tiers du rem­boursement de la dette extérieure des pays en voie de déve­loppement en 2020.

     « Le Pnud indique que ce revenu de base peut être entièrement financé en se réappropriant les paiements initialement prévus pour rembourser la dette extérieure, a tweeté l'économiste et anthro­pologue Jason Hickel. Sur le plan juridique, cette proposition n'est pas contestable et les leaders mondiaux pourraient la mettre en oeuvre immédiatement. »

     Le RBT donnerait aux familles pauvres de par le monde « les moyens de s'acheter de la nourriture et de payer les frais de santé et les dépenses scolaires », a indiqué le Pnud dans son rap­port. Dans les pays en voie de développement où les cas ont augmenté ces dernières semaines, notamment en Ethiopie, en République Centrafricaine et au Zimbabwe, sept travailleurs sur dix gagnent leur vie dans l'économie « informelle » et n'ont guère accès aux programmes d'aide publique. Parmi les personnes le plus vulnérables qui seraient éligibles au RBT, se trouvent des femmes, des jeunes, des réfugiés ainsi que des personnes handicapées. Dans un tweet émis par le pro­gramme, il est expliqué que la proposition du RBT « offre des solutions réalistes et pratiques aux pays en voie de développement pour créer ou améliorer leur protection sociale ».

     Le Pnud a proposé de compléter les revenus existants par des transferts soit de sommes variables selon les niveaux de vie, soit de sommes forfaitaires accordées à tous les résidents d'un pays en voie de développement.

     « Cette mesure est réalisable et devient urgente, avec la pandémie qui progresse actuellement à un taux de 1,5 million de nouveaux cas par semaine, en particulier dans les pays en voie de développe­ment », a indiqué le Pnud.

Cette proposition reflète les mesures déjà prises dans cer­tains pays, dont le Togo en Afrique de l'Ouest. Le gouverne­ment fédéral de ce pays a distribué près de 20 millions de dol­lars d'aide mensuelle à plus de 12 % de la population après le début de la pandémie, et en Espagne le revenu mensuel de 2,3 millions de personnes sera augmenté après que le dernier budget ait été voté.

     « Les plans de sauvetage ne doivent pas viser uniquement k mar­ché mondial et le monde des affaires, a déclaré Achim Steiner, administrateur du Pnud. Un Revenu de base temporaire peut aider les gouvernements à donner aux personnes en confinement une planche de salut financière. »

     Alors qu'il faisait l'éloge du RBT, Jason Hickel a émis une suggestion au Pnud. « Que cela devienne permanent », a-t-il tweeté.

[Sources : sous licence Creative Commons Attribution Share Alike 3.0. Commondreams.org]

 

Principes du partage économique

par Sébastien Villemot

 

     Le partage est la clé permettant de résoudre les problèmes auxquels l'humanité est aujourd'hui confrontée. Seul le par­tage permettra de réaliser la justice économique. A défaut, la persistance des injustices alimentera des divisions, des ten­sions, peut-être même des guerres. Mais qu'entend-on exac­tement par justice économique ? Quels sont les principes concrets qui doivent gouverner le partage des ressources?

 

Échange équitable

 

     Une des manières possibles de concevoir la justice économique s'incarne dans ce qu'on pourrait appeler le principe de juste rétri­bution. Cela correspond à l'idée qu'au sein de la grande entre­prise collective qu'est une économie, chacun doit recevoir une part à proportion de sa contribution à l'ensemble. Ce principe est inscrit dans la Déclaration des droits de l'homme et du ci­toyen de 1789, dont le premier article proclame : «Les distinc­tions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune. »

     Cette idée s'oppose à l'exploitation, qu'on peut définir comme une situation où certains reçoivent moins que ce qu'ils ont con­tribué, parce que d'autres en position de pouvoir se sont indû­ment approprié les fruits de leur labeur. S'il y a aujourd'hui un consensus large pour considérer ce principe comme désirable, il subsiste néanmoins un désaccord au sujet de sa signification concrète. Plus précisément, la question est de savoir à quelle aune mesurer la contribution de chacun.

     La vision dominante, en particulier parmi les économistes, considère que ce qui importe est la productivité individuelle, c'est-à-dire la capacité à créer de la valeur économique. Dans cette optique, il est par exemple juste qu'un entrepreneur vi­sionnaire gagne plus qu'un vendeur, car le premier contribue plus au PIB que le second. Dans la mesure où, dans le système actuel, les valorisations économiques sont principalement dé­terminées par des forces de marché, cette vision tend à être conservatrice : elle considérera comme juste toute inégalité qui découle d'une compétition ouverte sur des marchés libres.

     On peut cependant objecter que les valorisations de mar­ché sont déformées, au sens où elles ne reflètent pas fidèle­ment la valeur sociale des activités. De façon intéressante, les mesures de confinement décrétées dans le cadre de la pandé­mie de Covid-19 ont mis en évidence le fait que certains em­plois (par exemple dans le secteur de l'alimentation ou du soin aux personnes) sont d'une importance vitale, bien qu'étant de valeur relativement faible d'un strict point de vue économique, puisque les salaires y sont bas. Par conséquent, une autre interprétation du principe de juste rétribution im­plique que chacun doit recevoir en fonction de son utilité so­ciale, c'est-à-dire selon sa capacité à créer de la valeur d'usage, plutôt que de la valeur de marché.

     Toutefois, cette vision peut elle aussi être critiquée au motif que certaines personnes naissent avec plus de talents que d'autres, et qu'il est injuste de récompenser le talent, puisqu'il n'est pas le résultat d'actions et de décisions individuelles. Une personne très douée sera capable de contribuer plus au bien commun qu'une personne moyenne, mais cela justifie-t-il une différence de revenu, si toutes deux ont travaillé avec la même intensité au cours de leur existence 7 Ainsi, la troisième inter­prétation du principe de juste rétribution, la plus égalitaire, veut que les ressources soient distribuées en fonction de l'effort, lequel se définit comme l'inconfort ou le sacrifice personnel consenti au cours de la réalisation des activités économiques. En dépit de leurs différences significatives, ces trois va­riantes du principe de juste rétribution fournissent toutes un critère permettant de déterminer si un système économique donné est juste (celui dans lequel nous vivons, ou un autre système, historique ou hypothétique). Si un système est alors considéré comme injuste, l'implication logique est que celui-ci doit être transformé de façon à obtenir une distribution des ressources plus proche du principe d'équité. Cette redistribu­tion peut être considérée comme un acte de partage.

     Mais le partage se restreint-il à un moyen de s'assurer que chacun reçoit à hauteur de sa contribution? Intrinsèquement, en effet, cette règle renvoie à un principe de responsabilité individuelle, au sens où le destin de chacun devrait être stricte­ment déterminé par ses actions individuelles. Le partage se li­mite-t-il vraiment à cela ? N'a-t-il pas également à voir avec notre responsabilité collective vis-à-vis de tout un chacun?

 

Satisfaire les besoins humains

 

     Une autre façon de concevoir le partage fait intervenir ce qu'on pourrait appeler le principe de besoin, c'est-à-dire l'idée que chacun devrait recevoir selon ses besoins1. Sa mise en oeuvre implique que toutes les nécessités élémentaires doivent être couvertes pour tous : nourriture, soins de santé, éducation, habillement, transports, accès à Internet... Cela inclut égale­ment des besoins moins universels et qui peuvent varier selon les individus, soit en raison de handicaps ou d'accidents de la vie qu'il s'agit de compenser, soit à cause d'inclinations ou de capacités particulières qui demandent un investissement pour être pleinement développées et réalisées. Ce principe est con­sacré par l'article 22 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 : « Toute personne, en tant que membre de la société a droit à la sécurité sociale; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité grâce à l'effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l'organi­sation et des ressources de chaque pays. »

En vertu de ce principe, les revenus d'un individu sont justifiés par le simple fait de partager la même humanité com­mune. Il s'agit de la traduction concrète de la fraternité, qui découle de la réalisation que l'humanité dans son ensemble est responsable du bien-être de chacun de ses membres. À n'en pas douter, ce principe de besoin est une expression su­périeure et plus parfaite de l'idée de partage que ne l'est le principe de juste rétribution.

     Il est d'ailleurs intéressant de constater qu'historiquement, le principe de besoin a été formulé plus tardivement que le principe de juste rétribution. Cela s'explique probablement par le contexte de rareté dans lequel l'humanité a vécu pendant des siècles. Lorsque la production était à peine suffisante pour cou­vrir les besoins les plus élémentaires de la majorité, l'accent devait nécessairement être mis sur la responsabilité qu'avait chacun de travailler dur pour accroître les rendements, et le principe de juste rétribution apparaissait alors comme la plus haute manifestation possible de la justice économique. Au­jourd'hui, la situation est radicalement différente, grâce aux formidables avancées scientifiques, technologiques et organisa­tionnelles des deux derniers siècles. Au niveau agrégé, nous produisons maintenant bien plus que ce qui est nécessaire pour couvrir les besoins de base de toute l'humanité, et le principe de besoin est donc devenu un objectif réaliste.

     Une autre raison qui justifie que l'accent soit mis sur les besoins est la crise écologique. Il apparaît clairement qu'au moins dans les pays riches, nous devons collectivement re­penser nos schémas de consommation, en faisant le distinguo entre ce qui est véritablement nécessaire pour vivre une exis­tence accomplie, et ce qui relève du superflu et qui peut donc être abandonné. Le principe de besoin joue donc un rôle plus large, définissant non seulement un seuil minimum de con­sommation pour certains biens et services, mais également un seuil maximum pour d'autres.

     Si les principes de juste rétribution et de besoin apparais­sent tous deux désirables, il faut néanmoins être conscient qu'il existe un certain degré de tension entre eux. Le premier implique une connexion la plus fidèle possible entre ce qu'on reçoit et ce qu'on contribue, tandis que le second appelle au contraire une déconnexion dans différentes situations. Cela signifie que, tant que la plupart de nos besoins ne pourront pas être satisfaits par des robots, une forme d'équilibre devra être réalisée entre ces deux principes. En effet, une situation où tout le monde verrait ses besoins satisfaits, mais où seuls certains effectueraient le travail socialement nécessaire, se­rait considérée comme injuste et ne serait pas politiquement viable. A notre stade actuel de développement, le système souhaitable est donc celui où le travail au service de la com­munauté reste la norme sociale et se trouve dûment rému­néré, tout en respectant les limites dictées par le principe de besoin (dans ses dimensions minimales comme maximales).

     Comment notre système actuel se compare-t-il à cet idéal? Indiscutablement, il viole de façon flagrante le principe de be­soin des centaines de millions de personnes n'ont pas accès à suffisamment de nourriture, sans parler de leurs autres besoins, tandis que des tonnes d'objets d'une utilité douteuse sont pro­duits chaque jour. il ne se conforme même pas aux interpréta­tions restrictives du principe de juste rétribution. Le coeur de l'entreprise intellectuelle de Karl Marx a précisément consisté à montrer que les détenteurs de capitaux, du fait de leur position de pouvoir, sont en mesure de s'approprier une valeur qui a été produite par d'autres. Plus récemment, les féministes ont mis l'accent sur le fait que les femmes sont moins payées que les hommes à compétences égales et pour un même poste, sans même parler du travail domestique non rémunéré. Dans le do­maine des relations internationales, la théorie de la dépen­dance, initiée par les économistes Rail Prebisch et Hans Sin­ger, a démontré comment les pays pauvres sont soumis à un échange inégal dans leur commerce avec les pays plus riches.

     Une transformation significative de notre système écono­mique est donc à l'ordre du jour si nous voulons mettre en oeuvre le principe de partage. Qu'est-ce que cela implique pour les politiques publiques et les institutions ?

 

De la théorie à la pratique

 

     Premièrement, le principe de besoin doit être mis en oeuvre de façon à devenir une réalité effective pour tous les êtres humains. Fort heureusement, nous ne partons pas de rien dans plusieurs pays, il existe déjà des institutions inspi­rées par ce principe. L'une d'elle est la sécurité sociale, dont la forme précise varie selon les pays, mais qui opère généra­lement des transferts monétaires pour s'assurer que les be­soins restent couverts dans différentes situations de la vie (maladie, chômage, retraite, handicap, naissance d'enfants). L'autre est constituée par les services publics, qui fournissent un accès gratuit ou à bas coût à divers services essentiels (édu­cation, transports, infrastructures, sécurité physique). Ces dispositifs, qui sont actuellement attaqués par les politiques d'austérité, doivent au contraire être renforcés, élargis à d'autres besoins (la nourriture et le logement étant les candi­dats naturels) et étendus à tous les pays. ils pourraient égale­ment être complétés par un revenu de base universel4.

     Deuxièmement, si le principe de besoin doit avoir la préé­minence, un équilibre doit être atteint avec le principe de juste rétribution, comme expliqué ci-dessus. En pratique, cela signifie que chacun doit avoir l'opportunité d'apporter une contribution significative au bien commun, et être ré­compensé pour cela. Cela pourrait prendre la forme d'un pro­gramme de garantie de l'emploi, qui permettrait de s'assurer que personne n'est involontairement privé d'emploi, et qui canaliserait de vastes réserves d'énergie créatrice vers la vie sociale des communautés locales et la restauration de l'envi­ronnement'. Une autre question centrale est celle des métiers ingrats, voire pénibles ; notre bien-être collectif est fortement dépendant de ces emplois, lesquels ne peuvent pas encore être entièrement automatisés. Aujourd'hui, ces tâches sorti souvent effectuées par des travailleurs qui n'ont pas d'autre choix pour survivre. Mais, dans un monde où tous les be soins essentiels seront satisfaits et où le chômage aura quasi­ment disparu, qui sera disposé à les assumer 7 La satisfaction d'être utile à la communauté sera-t-elle suffisante pour faire oublier les bas salaires et la pénibilité ? Il est donc nécessaire de repenser entièrement la sphère productive. Les tra­vailleurs doivent avoir plus de pouvoir et de contrôle su leurs conditions de travail. De plus, en accord avec le principe de rétribution en fonction de l'effort ou du sacrifice, ces emplois pénibles devront être bien mieux rémunérés qu'ils ne le sont actuellement ; peut-être même davantage que les tâches créatives et intellectuelles, ce qui impliquerait un ren­versement complet de la hiérarchie actuelle des salaires.

     Troisièmement, ces principes doivent non seulement gou­verner les relations entre les individus, mais également celles entre les nations. Il reste beaucoup à accomplir dans ce do­maine, car de nombreux pays ne sont pas encore capables de couvrir totalement les besoins de leur population. Les flux existants d'aide publique au développement, bien que théori­quement fondés sur un principe de partage, sont largement in­suffisants et inefficaces en pratique. Un programme d'aide bien plus ambitieux, sous l'égide des Nations unies, est urgemment requis. Toutefois, si nécessaires qu'elles soient dans le court terme, ces relations d'aide unilatérale ne sont ni désirables ni soutenables sur le long terme, car elles reflètent des positions de pouvoir inégales. L'objectif doit donc être pour les pays du Sud global de renforcer leurs économies domestiques et d'at­teindre une mesure d'autosuffisance, ainsi que de meilleurs ter­mes de l'échange. Cela requiert en particulier une transforma­tion des règles gouvernant le commerce international et les flux d'investissement, de façon à mettre un terme à l'échange inégal et à la prédation par les firmes multinationales.

Au sujet de la distribution en fonction de l'effort ou du sacrifice, voir Robin Hahnel, Economic Justice, dans la Review of Radical Political Economy, 2005.

1.   Dans la mesure ou le revenu universel n'est ni ciblé ni spécifique, il ne peut pas remplacer la sécurité sociale. Par exemple, il ne peut pas compenser un handicap, ni payer pour un long séjour à l'hôpital. En outre, le faiit qu'il puisse bénéficieraux personnes aisées est en contrdiction avec le principe de besoin.

2.   Sur la garantie de l'emploi, voir notamment les travaux de Pavlina Tcherneva hppts://www.pavlina-tchrneva.net/

 

3.   À noter qu'un taux de salaire plus élevé ne se traduit pas nécessairement par un salaire mensuel plus élevé, il peut aussi entraîner une diminution des heures travaillées pour un même revenu, ce qui semble pertinent pour des emplois ingrats.

 

La forêt amazonienne et ses habitants en danger

par Thiago Staibano Alves

 

     La forêt amazonienne brésilienne s'étend sur 3,4 millions de l(1n2 soit à peu près la superficie de l'Inde, et produit 20 % de l'oxygène mondial. C'est la plus grande forêt tropicale hu­mide du monde, et elle abrite environ 40 000 espèces de plantes et 1 300 espèces d'oiseaux. Cette forêt tropicale hu­mide abrite également plus de 30 millions de personnes et plus de 10 % de la biodiversité mondiale. C'est l'un des plus grands « remparts » contre la crise climatique, car les arbres absorbent le dioxyde de carbone.

Le gouvernement Bolsonaro est responsable de la plus grande augmentation de la déforestation et des incendies en Amazonie dans l'histoire du Brésil. Il s'en prend aux lois de protection de l'environnement et néglige délibérément ses po­pulations indigènes. Il a continué à menacer et à assassiner des militants écologistes et à éliminer les populations indigènes de la région. En juin 2020, le pays a connu une augmentation de 10,6 % de la dévastation des forêts par rapport à juin 2019. Au cours du premier semestre 2020, cette augmentation a été de 25 % par rapport à la même période de 2019, atteignant 3 069 km2, soit une superficie équivalente à deux fois la taille de la ville de So Paulo, ou un peu plus que la taille du parc national de Yosemite (3 028 km2). En 2019, selon l'ONG Global Witness, le Brésil a connu un tiers de toutes les pertes de forêts tropicales dans le monde.

 

Lois édulcorées, populations et forêts sacrifiées

 

     La progression de la dévastation fo­restière est étroitement associée au relâ­chement ou à l'affaiblissement de certai­nes politiques environnementales ren­dues possibles sous la gestion actuelle du ministre de l'environnement, Ri­cardo Salles. Les amendements apportés aux lois suppriment la protection des populations indigènes de la région dont le mode de vie si étroitement associé à la forêt est l'un des principaux facteurs de conservation et de protection de la forêt tropicale.

     Parmi les mesures adop­tées par le gouvernement actuel, il en est une qui permet l'occupation, l'exploita­tion et la commercialisation des terres indigènes. Une autre, mettant en danger les zones peuplées de la région, permet d'utiliser des pesticides à proximité de villages et autres agglomérations. Le gouvernement a également opposé son veto à un projet prioritaire visant à pro­téger les populations indigènes contre la Covid-19, exigeant que l'État fournisse l'eau potable, l'hygiène et lits d'hôpi­taux à ces populations, ce qui rend la si­tuation de ces communautés encore plus précaire en pleine pandémie. En outre, il a encouragé une di­minution massive du budget du ministère de l'Environne­ment, ce qui limite le pouvoir des agences chargées de sur­veiller les brûlis illégaux et la déforestation.

     Enfin, le Congrès brésilien examine toujours des lois qui, si elles sont approuvées, favoriseront un assouplissement des règles d'octroi de licences environnementales, afin de per­mettre l'exploitation de nouveaux projets de construction dans la région.

     II est important de noter que nombre de ces mesures ont été prises au beau milieu de la pandémie, le ministre de l'Environ­nement lui-même ayant déclaré que « l'on doit se servir de la pan­démie pour « assouplir » les lois environnementales du pays ' cal­culant que, l'attention des médias étant focalisée sur le nombre de décès et de nouveaux cas de virus dans le pays, peu d'atten­tion serait accordée à ces mesures.

 

Des militants écologistes menacés de mort

 

     En réponse, les organisations sociales et écologistes du Brésil ont commencé à s'opposer fortement aux politiques du gouvernement actuel, et des manifestations ont lieu de­puis 2019 dans les principales villes du pays, souvent avec le soutien de manifestants d'autres régions du monde.

Photo flikr cc                                                

La forêt amazonienne est l'un des plus grands « remparts »

contre la crise climatique, car les arbres absorbent le dioxyde de carbone.

 

     Malheureusement, cela a également conduit à une réaction violente de la part de ceux qui profitent de la déforestation selon l'ONG Global Witness, le Brésil est le troisième pays au monde le plus meurtrier pour les militants et défenseurs de l'environnement. Rien qu'en 2019, on a dénombré 24 décès parmi les militants écologistes, dont 90 % dans la région ama­zonienne. L'un des cas les plus dramatiques est celui de Paulo Paulinho Guajajara, un important leader indigène guajajara, âgé de 26 ans, assassiné en 2019. En 2020, quatre autres diri­geants indigènes guajajaras ont été tués.

     La nature du lien entre la destruction de l'environnement et la propagation des maladies zoonotiques est avérée. Les popu­lations indigènes étaient déjà conscientes de la menace d'une pandémie avant même la Covid-19. Grâce à leurs connaissan­ces traditionnelles et à leur relation avec le monde naturel, ils savent que la destruction de l'environnement peut contribuer à la propagation de maladies.

     Il est important de protéger les peuples indigènes et leurs connaissances. Leurs territoires abritent 80 % de la biodi­versité mondiale et ils peuvent nous apprendre beaucoup sur la manière de rééquilibrer notre relation avec la nature et de réduire le risque de futures pandémies.

[Sources Ecowatch.com  ; elpais.com  ; businessinsider.nl

 

L'hommage de Barack Obama à John Lewis

 

Barack Obama, l'ancien président des Etats-Unis, a prononcé une oraison funèbre pour John Lewis en l'église baptiste d'Ebenezer, à Atlanta, le 30 juillet 2020. Nous en publions ici quelques extraits.

 

« [John Lewis] croyait qu'en chacun de nous existe une capa­cité de dépassement, un désir ardent de faire ce qui est juste, une volonté d'aimer tous les humains, et de leur offrir le droit à la dignité et au respect que Dieu leur a donnés. Nous sommes si nombreux à avoir oublié ces principes. Notre culture nous enseigne le contraire. Nous avons l'impression qu'il vaut mieux ne pas étendre le cercle de ceux à qui nous témoignons de la générosité ou du respect; que nous nous portons mieux si nous dominons nos semblables, si nous les regardons de haut, c'est même souvent ce que recommande notre culture.

     [ ... ] De nos jours, nous voyons de nos propres yeux des po­liciers écraser sous leur genou le cou des Noirs américains. [ ... ] Et alors même que nous sommes réunis ici, le gouvernement actuel décourage les citoyens de voter, en fermant certains bu­reaux de vote, en ciblant les minorités et les étudiants par des lois restrictives en matière de pièces d'identité, en restreignant notre droit de vote avec une précision chirurgicale, et même en sabotant le service postal à l'approche d'une élection pour que certains ne puissent pas voter par correspondance.

     John Lewis savait que chacun d'entre nous dispose d'un pouvoir donné par Dieu ; le sort de cette démocratie dépend de la façon dont nous l'utilisons ; la démocratie n'est pas automatique, nous devons l'encourager, il faut s'en préoccuper, nous devons y travailler, et c'est difficile. Mais nous devons agir. Comme le Seigneur l'a recommandé à saint Paul.

« N'aie pas peur, parle et ne te tais pas, je suis avec toi. Personne ne pourra s'attaquer à toi pour te faire du mal, car il  a dans cette ville un peuple nombreux qui m'appartient. » Il suffit que tout le monde aille voter. Comme John, nous devons nous battre encore plus fort en faveur de l'outil le plus puissant dont nous disposons : le droit de vote La loi sur le droit de vote est l'un des cou ronflements de notre démocratie. C'est pour cela que John a franchi ce pont, et qu'il versé son sang. Honorons-le en relançant l loi pour laquelle il était prêt à mourir. Un fois que nous aurons adopté la loi sur le droit de vote de John Lewis, il faudra continuer la perfectionner.

     En veillant à ce que chaque Américain soi automatiquement inscrit sur les listes électorales, y compris les anciens détenus, qui ont droit à une seconde chance. En ajoutant de bureaux de vote, en développant le vote par correspondance et en faisant du jour du scrutin un jour férié national. Ainsi, si vous travailliez dans une usine ou êtes une mère célibataire qui doit aller à son travail et n'a pas de temps libre, vous pourrez toujours voter. En garantissant à chaque citoyen américain une représentation égale au sein de notre gouvernement, à nos concitoyens qui vivent à Washington comme à ceux de Porto Rico.

     Et pourtant, même si nous faisions tout cela - même si toutes les lois scélérates restreignant le droit de vote étaient abolies des aujourd'hui - il faut être honnête avec nous-mêmes : trop d'entre nous choisissent de ne pas exercer leur droit de vote ; trop de nos concitoyens croient que leur vote ne fera pas de différence, ou adhèrent au cynisme qui soit dit en passant, est la stratégie centrale de la radiation d'électeurs, pour vous décourager, pour que vous cessiez de croire en votre propre pouvoir.

     Nous allons donc devoir nous rappeler ce que John a déclaré « Si vous ne faites pas tout ce que vous pouvez pour changer ces conditions, elles resteront les mêmes. On n'emprunte ce chemin qu'une seule fois. Vous devez donner tout ce que vous avez. » Tant

que les jeunes manifestent dans la rue, en espérant que le vrai changement se produise, j'ai bon espoir, mais ils ne faut pas les abandonner devant les urnes. Surtout lorsqu'aussi peu d'élections que celle-ci ont été aussi cruciales, à tant de niveaux. Nous ne pouvons pas considérer le vote comme un course à faire si nous avons un peu de temps. Nous devons le considérer comme l'action la plus importante que nous puissions entreprendre au nom de la démocratie. »

 

        Contact   |   1-888-886-8272   |   Plan du site   |   Autres langues   |   Abonnement à l'info lettre   |   Politique d'utilisation   |   Confidentialité et sécurité

2017 Réseau Tara Canada (Québec), un organisme de bienfaisance enregistré        

S'abonner à YouTube
Radio Partage diffuse des informatons sur l'émergence de Maitreya et des Maîtres de Sagesse